Fr

Les jeunes futurs professionnels de la santé veulent aussi contribuer

Plusieurs étudiants étaient sur le point de terminer leur formation lorsque la COVID-19 est arrivée.
By: Julien Dussault
April 14, 2020
Photo: La Press / Alain Roberge
Photo: La Press / Alain Roberge

Un grand nombre de futurs professionnels de la santé veulent monter au front et contribuer à l’effort contre la COVID-19 pendant que le système de santé est poussé à sa limite. Beaucoup d'étudiants ont pu continuer leurs cours à distance sur l'internet, mais ceux qui étaient en stage ont du arrêter immédiatement.

Stéphanie Rufiange, étudiante en sciences infirmières, croit que les élèves dans sa situation pourraient appuyer le travail des autres docteurs sur les étages des hôpitaux où les patients sont plus stable, afin de libérer du personnel expérimenté pour traiter ceux infectés le coronavirus. « Elles ont plus le bagage pour intervenir dans les cas de COVID-19. On pourrait être utiles sur les autres étages. »

Isabelle Brousseau, une future ambulancière, dit que maintenant que le choc initial est encaissé, elle veut retourner au travail pour aider le plus possible. « Ça fait trois ans qu’on se prépare pour ça » elle explique. La Direction médicale nationale des services préhospitaliers d’urgence, le service gouvernemental qui chapeaute tous les ambulanciers de la province, a annoncé le 27 mars qu’elle accordait « de façon exceptionnelle » un statut temporaire aux finissants comme Isabelle. Il leur permettra de prêter main-forte au réseau en cas de surcharge de travail.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, quant à lui, dit que ses mains sont liées quant au travail des étudiants qui n’ont pas encore reçu leur diplôme. Toutefois, plusieurs d'entre eux vont quand même pouvoir contribuer dans des fonctions d'administration médicale par exemple. C'est exactement ce qu'Isabelle Lafontaine-Trudel, étudiante en médecine, fait pour l’hôpital de Trois-Rivières. « J’ai l’impression d’apporter ma contribution. C’est sûr que ça fait un peu peur parfois, c’est une pandémie, tout le monde craint d’attraper la maladie, et toi, tu te jettes dans la gueule du loup. Mais c’est vraiment valorisant. On a l’impression de faire quelque chose, surtout que sinon, on est pris à la maison » a-t-elle expliqué.

Source: La Presse

Tags
helpersFrancaismed students

Related

Toronto doctors and researchers create ICU training guide for health care professionals fighting COVID-19
10 months ago

Toronto doctors and researchers create ICU training guide for health care professionals fighting COVID-19

The website helps non-ICU medical professionals redeployed from other specialties brush up on the skills needed to treat critically ill patients.
This ICU doctor raised over $30,000 to feed frontline health care workers
10 months ago

This ICU doctor raised over $30,000 to feed frontline health care workers

Dr. Kwadwo Kyeremanteng and colleagues were inspired after a donation of meals brought about a surge in morale.
"You're on Team Canada now," says six-time Olympian Hayley Wickenheiser
10 months ago

"You're on Team Canada now," says six-time Olympian Hayley Wickenheiser

The hockey star and future doctor is rallying Canadian businesses and individuals to donate surplus PPE to front-line health care workers.
Un capuchon de protection 10 fois plus efficace qu'un masque N95?
10 months ago

Un capuchon de protection 10 fois plus efficace qu'un masque N95?

Dr Caissie et l'entreprise CCM travaillent sur un nouveau prototype.